L'outsider, de Stephen King

2018 - Thriller fantastique

Quatrième de couverture

Le Diable peut avoir de nombreux visages. Et s'il avait le vôtre ?

Le corps martyrisé d'un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l'un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l'équipe locale de baseball, professeur d'anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses d'ADN ne laissent aucun doute. Dossier classé. À un détail près : Terry Maitland a un alibi en béton. Et des preuves tout aussi irréfutables que les preuves qui l'accusent.

Qui se cache derrière ce citoyen au-dessus de tout soupçon ?

Mon avis


Intrigue : 4/5

Le déroulement de l'histoire commence fort. On est tout de suite happé dans le roman, avec la description de l'arrestation du suspect entrecoupée d'extrait de procès-verbaux qui l'accusent sans l'ombre d'un doute. Peu à peu, on comprend cependant que le suspect possède un alibi en béton armé, et toute l'histoire en découle.

Seul bémol, comme avec beaucoup de romans du King de ces dernières années (par exemple, l'excellentissime 22/11/63 souffre du même défaut selon moi) : un ventre mou au deuxième tiers du roman, où l'intrigue patine quelque peu. Certes, nous apprenons à mieux connaître les personnages, mais est-ce vraiment utile de savoir qu'untel mange deux œufs brouillés à son petit-déjeuner ? Je pense que ce pavé de 800 pages aurait gagné en rythme à être amputé de 100 ou 200 pages.

Heureusement, l'histoire se termine en beauté sur le dernier tiers, encore plus haletant que le premier, jusqu'à la confrontation finale, qui est tout simplement jouissive.

Idée : 4.5/5

Agatha Christie n'aurait sans doute pas fait mieux : comment une personne peut à la fois être un suspect que tout accuse et posséder un alibi aussi parfait et inattaquable ?

L'idée est développée à fond, et l'on veut savoir ce qui se cache derrière ce mystère.

Bien sûr, nous parlons ici de Stephen King, aussi lorsque toutes les pistes rationnelles sont épuisées, on se doute bien que l'aspect fantastique de l'affaire ne va pas tarder à s'immiscer dans l'histoire…


Personnages : 5/5

La grande force de Stephen King, sans l'ombre d'un doute. Il est de ces rares auteurs qui parviennent à nous livrer autant de personnages dans un roman tout en parvenant à les caractériser finement, de sorte qu'on a l'impression de tous les connaître intimement, malgré leur nombre.

Dès le début du roman, on est avec le suspect Terry Maitland. On se met à sa place de bouc émissaire et l'on veut savoir ce qui va lui arriver.

Les autres personnages ne sont pas en reste : le détective Ralph Anderson et le procureur Bill Samuels qui comprennent peu à peu que cette enquête n'est pas aussi simple qu'il y paraît ; la femme de Terry, Marcy, et ses deux filles, qui subissent les dégâts collatéraux de l'enquête sur le père de famille, etc. Tous les personnages sont attachants et bien campés.

En bonus : vers la moitié du roman, l'apparition d'un personnage déjà existant dans l'univers du King, qui fait office de guest star de par son importance prépondérante sur le déroulement de l'histoire.


Style : 5/5

La seconde grande force du King, conteur hors pair.

Une écriture à la fois simple et subtile. Les métaphores font mouche à chaque fois, les dialogues sonnent vrai et les rares scènes d'actions surprennent par leur intensité inouïe.

L'immersion est totale.


En bref :

Un grand roman, qui montre que le King reste le King, si besoin était. On rentre dans l'histoire instantanément. Malgré un deuxième tiers un peu plus mou, on veut à tout prix savoir ce qui se cache derrière ce mystère, et l'on n'est pas déçu par le dénouement intense.


NOTE GLOBALE : 4.5/5


Babelio

Amazon

Fnac